La Peste à Venise : L'origine Tragique de la Fête du Redentore

Médecin soignant la peste
Médecin soignant la peste
La fête du Redentore a été instituée à la suite de la peste qui fit des ravages parmi la population vénitienne de la mi-juin 1575 jusqu'à décembre 1576.

A l'origine, les Vénitiens se rendaient dès le samedi soir sur les lieux, afin d'être certains d'avoir une place pour pouvoir assister à la cérémonie religieuse du dimanche.

La foule attendait sur les deux rives du Canal de la Giudecca, mais aussi et surtout à bord des barques sur lesquelles on pouvait souper, et prier ensemble le Christ Rédempteur (Jésus qui a racheté les péchés de toute l'humanité pour lui épargner la damnation) pour lui demander sa protection contre la colère divine.

La peste, en tant que terme générique rassemblant toutes les épidémies faisant des ravages parmi les populations, est en effet l'un des signes de la fin du monde :

« Il y aura de grandes secousses et, par endroits, des pestes, des famines ; il y aura des épouvantements et de grands signes dans le ciel. »
Evangile selon Luc, ch. XXI, 11.

Juin 1575 : La Peste est à Venise

L'île du Lazzaretto Vecchio, où l'on traitait les pestiférés, en face de l'île du Lido à Venise
L'île du Lazzaretto Vecchio
La peste serait d'abord apparue à Constantinople (Istanbul), puis à Trente, pour s'étendre à toute l'Italie et à Padoue, où les médecins l'avaient déclarée non contagieuse !

Et un port de commerce en contact avec l'orient comme Venise ne pouvait pas y échapper.

L'épidémie a commencé à Venise le 25 juin 1575, avec la mort d'un homme d'une trentaine d'années à San Marziale, dans le Cannaregio.

Du 1er Août 1575 au 1er Mars 1576 on compte déjà 3.556 morts.

Ceux qui le peuvent fuient Venise devant l'ampleur du mal. L'exode est tel que, le 19 juillet 1576, un décret interdit à tous les titulaires d'une charge publique de quitter leur poste.

On impose également un couvre-feu : une heure après le coucher du soleil, plus personne ne peut quitter son domicile.

L'île du Lazzaretto Vecchio à Venise. Gravure de Giuseppe Filosi
Le Lazzaretto Vecchio
Chaque Sestier de Venise a élu trois nobles, chargés de l'exécution de toutes les mesures sanitaires prises par les provveditori (responsables) de la santé publique.

On brûle systématiquement tout ce qui a été en contact avec les malades et l'on purifie l'air en brûlant du genévrier.

Mais que faire de ces milliers de malades et de cas suspects ?

Pour essayer d'endiguer le mal, les malades et les cas suspects sont mis en quarantaine dans les deux Lazzaretti que possédait alors la République de Venise :

- Le Lazzaretto Vecchio (Le Lazzaretto Vieux), situé près du Lido, fut créé à l'origine pour héberger les lépreux, puis devenu un lieu d'isolement et de traitement des malades arrivant par la mer, afin d'éviter les risques de contagion avec la population.

L'île du Lazzaretto Vecchio à Venise, en face de l'île du Lido
L'île du Lazzaretto Vecchio
- Le Lazzaretto Nuovo (Le Lazzaretto Nouveau), situé en face de l'île de Sant'Erasmo, fut créé au milieu du XVe siècle, alors que le Lazzaretto Vecchio ne suffisait plus pour la mise en quarantaine des hommes et des marchandises revenant de pays à risques.

Durant la terrible peste de 1576, les deux centaines de chambres des Lazzaretti deviennent rapidement insuffisantes. Les vénitiens réussissent malgré tout à s'organiser et on y accueille plus de 3.000 malades suspects de contagion, dont les plus démunis qui bénéficient de soins gratuits.

Mais lorsque le fléau atteint son apogée, plus de 43.000 vénitiens sont morts en une seule année, les Lazzaretti ne peuvent plus suffire.

On crée alors un immense Lazzaretto flottant, constitué de près de trois mille bateaux de toutes tailles, amarrés solidement les uns aux autres.

On aménage aussi ces bateaux pour y loger, de manière séparée, les mendiants des autres malades, car leurs mauvaises conditions de vie les rendent plus susceptibles de contracter la peste.

L'île du Lazzaretto Nuovo par Antonio Visentini
Lazzaretto Nuovo
Chaque matin, des médecins et des bénévoles passent d'une barque à l'autre pour voir s'il y a des malades parmi les personnes mises en quarantaine.

Les cas déclarés de peste sont envoyés au Lazzaretto Vecchio, tandis que les cas suspects sont dirigés sur le Lazzaretto Nuovo.

Sur le plus grand bateau du Lazzaretto flotte un grand drapeau

en signe d'interdiction à quiconque de s'approcher.

Et gare à ceux qui veulent s'échapper du Lazzaretto : des patrouilles de soldats circulent sur la lagune pour capturer les fuyards, et une embarcation, munie d'une potence est là pour servir d'avertissement à tous ceux qui seraient tentés de se soustraire à la règle !

Mais malgré toutes ces mesures draconiennes, les ravages de la peste continuent.

L'île du Lazzaretto Nuovo où l'on soignait les pestiférés, en face de l'île de Sant' Erasmo à Venise
L'île du Lazzaretto Nuovo
Parmi les nombreuses victimes, on compte le célèbre artiste peintre Tiziano Vecellio dit Le Titien : il meurt le 27 août 1576, et Venise lui offre des funérailles solennelles, malgré l'horreur de la situation.

Devant l'impuissance des moyens matériels mis en place, il ne reste plus qu'à implorer la puissance divine…

Venise est décimée, chaque jour Venise ne fait que pleurer de nouveaux morts.

La Prière de Venise : L'Origine de la Fête du Redentore

En septembre 1576, le Doge Alvise Mocenigo formule alors le vœu de construire une église dédiée au Christ Sauveur sur l'île de la Giudecca, dans l'espoir que Dieu entendra la prière de Venise.

Le projet est confié à l'architecte Andrea Palladio, qui opte pour une façade toute blanche, symbole de pureté.

L'île du Lazzaretto Nuovo en face de l'île de Sant' Erasmo à Venise
L'île du Lazzaretto Nuovo
Dieu a entendu l'appel désespéré de Venise : le 5 décembre 1576, enfin, le fléau de la peste est en pleine régression.

La première pierre de l'église est posée sur l'île de la Giudecca le 3 mai 1577 par le Doge Alvise Mocenigo et par le Patriarche de Venise, Giovanni Trevisan.

L'église du Redentore sera construite sur les terres des frères Capucins, à l'endroit où se trouvait la petite église de Santa Maria degli Angeli (Sainte Marie des Anges).

Le doge Alvise Mocenigo meurt le 4 juin 1577, il est remplacé par Sébastien Venier, le héros de la bataille de Lépante.

Le 13 juillet 1577, on déclarait officiellement la fin de l'épidémie.

Le dimanche 21 juillet 1577, le Doge accompagné de tous les dignitaires et du peuple de Venise ont traversé le canal de la Giudecca en procession sur un pont de barques pour rendre publiquement grâce au Rédempteur.

On avait installé un autel en plein air, car l'église n'était pas encore construite.

L'église du Redentore sur l'île de la Giudecca à Venise
L'église du Redentore
Pour célébrer la fondation de l'église du Redentore, Joseph Zarlino écrivit une messe chantée, et Andrea Gabrieli, qui avait composé la musique de la grande fête organisée en l'honneur de la visite à Venise de Henri III de France en 1574, composa un motet à huit voix : “O Crux Splendidor”

A propos de musique, il est à remarquer que l'église du Redentore fut longtemps l'une des rares églises vénitiennes à être dépourvue d'orgue, et ce à cause de la Règle des Capucins (auxquels elle avait été confiée depuis sa consécration) qui leur interdit les instruments de musique.

Si elle est maintenant équipée d'un orgue Ruffatti, datant de 1955 à 2 claviers et 14 registres, c'est parce qu'elle est devenue une paroisse à la fin de la deuxième guerre mondiale.

En 1574, avant la peste, Venise comptait 195.863 habitants. Après la peste, il n'en restait plus que 134.800 (ces chiffres varient toutefois selon les auteurs).

Page Précédente : Paul de Musset à la Fête du Redempteur


Liens sur la Peste à Venise :

La peste au temps des doges - CNRS | La peste Fléau Majeur - BIUM Histoire de la Médecine | La Peste Noire - Wikipedia | La Peste Bubonique - Wikipedia | La Peste - Wikipedia | Liste des épidémies de Peste - Wikipedia | La Fête du Rédempteur ou Festa del Redentore sur Wikipedia | La Fête du Rédempteur ou Festa del Redentore sur l'Institut Gritti | La peste au temps des doges - Futura Sciences CNRS

Retour en haut de la page