Les Campaniles de Venise


Campanile  de San Giorgio dei
Campanile de San Giorgio dei Greci
Ils se dressent tout droits ou penchent dangereusement en nous regardant d'en haut tandis qu'ils flirtent avec le ciel.

Ce sont les campaniles de Venise, souvent ornés de statues parfois bien grimaçantes.

Toutes les églises en ont un, ou du moins en avaient un, car un bon nombre d'entre eux se sont écroulés au fil des siècles.

Le plus fameux et le plus haut est le campanile de Saint-Marc avec ses 98 mètres de hauteur.

Un campanile presque neuf puisque rebâti en 1912 après l'écroulement spectaculaire du précédent en 1902 :

« Ce gigantesque campanile qui se hausse pour regarder la mer par-dessus l'épaule de Venise »
Abbé Paul Barbier - ITALIE Souvenirs et Impressions de Voyage 1893

Campanile Santa Maria Formosa Venise
Campanile S.M. Formosa

L'Heure à Venise : Une manière de compter les heures très... vénitienne !

À Venise, les vingt-quatre heures de la journée ne commençaient pas à minuit, mais au moment de la prière de l'Angélus, soit une demi-heure après le coucher du soleil.

Dans les autres villes italiennes, on avait une demi-heure d'avance sur Venise puisque c'était au coucher du soleil que la journée suivante démarrait.

Ce qui fait qu'en fonction des saisons et du déplacement du soleil au cours de l'année, on avançait ou l'on reculait l'heure sans cesse sur les horloges, dont évidemment celles des campaniles.

On faisait ainsi régulièrement retarder ou avancer d'une demi-heure, l'heure à la Tour de l'Horloge de la place Saint-Marc :

- L'heure restait la même en janvier, juin, juillet et décembre.

- On modifiait l'heure deux fois par mois en février, mars, août, septembre et novembre.

- On changeait l'heure trois fois par mois en avril et en octobre.

Ce n'est qu'après l'invasion de Venise par Napoléon Bonaparte, que cette manière de compter les heures à Venise, vieille de plus de mille années, fut remplacée par l'heure dite française.

Avant cela, Giacomo Casanova indique dans ses mémoires, que les habitants de Parme, ville qui avait adopté le système horaire français en 1749, se plaignaient de ne plus s'y retrouver.

On les comprend : lorsque le soleil se couchait par exemple à 18 heures en hiver, cela signifiait que le lendemain, à nos 14 heures, les horloges des campaniles vénitiens indiquaient : 8 heures 30 du matin !

Des Mâts de Bateaux dans le ciel

Beaucoup d'écrivains ont comparé les campaniles de Venise à des mâts de bateaux et l'image est assez juste :

« Nu et droit comme un mât de navire, le gigantesque campanile porte dans le ciel et annonce de loin aux voyageurs de la mer la vieille royauté de Venise. »
Hippolyte Taine - à Venise, voyage en Italie 1864

Venise vue d'en haut

Ce sont aussi des endroits privilégiés pour pouvoir admirer Venise d'en haut, et croyez-nous cela vaut la peine de monter au Campanile de Saint-Marc ou encore à celui de San Giorgio Maggiore, de l'autre côté du bassin de Saint-Marc.

« L'horizon apparait immense du haut de la tour de Saint-Marc : on a en perspective la mer Adriatique et ses rivages semés de villes. »
Flandin - Voyages 1838


Retour en haut de la page