Le Campanile de San Felice à Venise - 22 mètres


Le campanile de San Felice le long de la Strada Nova à VeniseCampanile de San Felice - Agrandir Le Campanile de San Felice est un petit campanile, modeste avec ses 22 mètres de hauteur, que l'on peut voir lorsque l'on passe sur la Strada Nova dans le Cannaregio, tout près du Palais de la Ca' d'Oro.

La première église de San Felice fut construite ici en l'an 960, par la famille Gallina.

Mais entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe, l'édifice tout entier, campanile et église, se trouvait dans un état de plus en plus précaire qui menaçait de s'effondrer.

En 1531 il fut donc décidé d'abattre l'église et son campanile et de reconstruire l'ensemble, celui que vous pouvez voir aujourd'hui le long de la Strada Nova.

Par contre, à l'époque, la Strada Nova n'existait pas et cette partie de Venise présentait de nombreuses petites calli assez tortueuses.

Ce n'est qu'en 1867, le 8 août, après le départ des autrichiens de Venise, que le Conseil Municipal de Venise, devenue italienne, décida d'élargir la rue qui deviendra la Strada Nova dont le nom initial, à l'issue de ces travaux d'élargissement était la “Via Vittorio Emmanuele”.

L'objectif était de relier directement la Gare et la Piazzale Roma au centre de Venise...

Fragment architectural du XVe siècle en forme de fleur de style gothique ornant le campanile de San Felice à VeniseFleur de style Gothique sur la façade - Agrandir Même si esthétiquement ce percement et cet élargissement ont certainement détruit une partie du charme initial de ce quartier de Venise en y installant une “rectitude” très peu vénitienne, le résultat a toutefois été positif pour cette petite église et son campanile qui sont maintenant nettement plus visibles qu'ils ne devaient l'être à l'origine.

L'église actuelle a été bâtie sur un plan en forme de croix grecque, et c'est dans l'un des angles de cette croix que se trouve ce petit campanile.

Le campanile de l'église San Felice frappe par sa grande simplicité, certainement l'un des campaniles les plus simples de Venise.

On peut y voir toutefois quelques éléments décoratifs, comme ci-dessus, ce fragment architectural de style gothique, en forme de fleur, qui fut ajouté sur le campanile postérieurement à sa construction.

Cette fleur gothique avec une boule à son sommet, daterait du XVe siècle.

Bas relief du XIIIe siècle représentant une Madone sur un trône et qui tient dans ses bras un enfant aux bras grands ouverts de type Kyriotissa - Campanile de San Felice à VeniseMadone à l'entant de type Kyriotissa - Agrandir Plus touchante encore, sur cette même façade du Campanile située du côté du rio de Noal, se trouve ce joli bas relief qui serait du XIIIe siècle et représente une Madone sur un trône qui tient dans ses bras un enfant aux bras grands ouverts, c'est une Madone de type Kyriotissa.

Une forme de représentation très ancienne de la Madone, que l'on retrouve sur des icônes byzantines de la mère de Dieu dès le Ve siècle.

Cette petite Madone, très touchante, est en pierre d'Istrie et mesure 40 centimètres sur 30.

Comme vous pouvez le voir, elle est présentée dans un cadre à bord dentelé.

Le cadre à bord dentelé est un élément décoratif par ailleurs très présent à Venise, que ce soit autour des blasons et autres armoiries mais également très souvent utilisé aussi comme encadrement des portes d'entrée des Palais vénitiens.

Tour carrée du Campanile de San Felice à VeniseTour carrée du Campanile de San Felice - Agrandir Sous la Madone à l'enfant se trouve un autre élément de fragment architectural, daté du XVIe siècle, également pierre d'Istrie, d'une taille de 45 centimètres sur 35, et représentant un rond rayonnant.

Le campanile en forme de tour carrée de San Felice ne montre que sa partie supérieure au-dessus des immeubles voisins.

Nous avons par contre pu entrer dans la cour de l'église, ce qui nous a permis de faire une photographie du Campanile depuis sa base, ce qui lui donne une allure déjà nettement plus élancée.

On peut également voir ainsi que ce campanile de San Felice est totalement imbriqué dans son église, un élément assez rare à Venise.

En effet, surtout pour des raisons de sécurité, vu le nombre important de campaniles qui se sont effondrés ou encore ont été frappés par la foudre, à Venise les campaniles sont le plus souvent construits à l'écart de leur église.

Plan de Situation du Campanile de San Felice à Venise


Retour en haut de la page