Florian est Galant, Quadri est Militaire : La Rivalité des Cafés


Café Florian Décoration
Café Florian - Décoration
La rivalité des deux grands cafés de la Place Saint-Marc, Le Florian et le Quadri date de bien longtemps, atmosphère différentes, mais aussi clientèles différentes, surtout comme ci-dessous en 1844, quand la ville était encore occupée par les troupes autrichiennes.

« L'été, ces deux établissements rivalisent pour le nombre de tables et de chaises qu'ils éparpillent sur la place, eu avant de leurs arcades. — La foule s'y arrête pour prendre des sorbets.

Mais à l'intérieur comme sur la place, le café Florian conserve une physionomie plus aristocratique et plus exotique qu'aucun autre. »
Jules Lecomte - Venise 1844

Plus loin dans son ouvrage, le même Jules Lecomte détaille les différences entres les deux cafés :

« A la place Saint-Marc, ce centre des cafés vénitiens, chaque nationalité comme chaque société a son lieu de prédilection, son rendez-vous favori.

Le café Florian et le café Militaire ou Quadri, sont les deux principaux. Ils sont face à face, un de chaque côté de la place, comme deux rivaux qui se défient de l'oeil à travers l'arène.

- Florian est calme et posé.

- Quadri est turbulent et tapageur.

- Florian est galant comme le dragon capitaine de poésie dont il est l'homonyme ; il reçoit les dames, leur cherche le journal des modes, leur glisse un petit tabouret sous les pieds, pousse la porte du courant d'air, et appelle la bouquetière ambulante.

- Quadri, au contraire, n'admet les dames qu'à sa porte, devant ses arcades en plein air. Chez lui on peut fumer... et Dieu sait si l'on use de la permission ! les salles d'hiver nous transportent dans l'atmosphère des tabagies hollandaises à peine prise t'on chez Florian.

- Quadri est Veneto-Germain

- Florian est Franco-vénitien, voilà toute la différence.

L'étranger qui passe à Venise, l'Anglais, le Français surtout, adopte Florian. C'est un nom qui est arrivé jusqu'au-delà des Alpes. On sait que c'est une espèce de centre où, a l'heure de l'arrivée des journaux, on pourra rencontrer ses compatriotes, ses amis en voyage. »
Jules Lecomte - Venise 1844

L'intérieur actuel date de 1858

L'intérieur actuel du café Florian n'est plus celui d'origine.

En 1858, Ludovico Cadorin a refait complètement la décoration du Florian et le café s'est alors agrandi de deux salons supplémentaires.

C'est cette décoration de Ludovico Cadorin qui lui donne donc encore aujourd'hui son côté précieux, son côté bonbonnière selon certains.

Fresques, peintures, miroirs, lampes, tout y est fait pour donner une touche d'intimité et en même temps de luxe.

Et parmi les peintures les plus fameuses du Florian, il y a évidemment le fameux chinois, lieu de rendez-vous au sein même du Florian et sacralisé par Henri de Régnier dans ses Récits vénitiens :

« Le Café Florian se compose, comme on sait, de plusieurs petites salles contiguës diversement décorées et qui ont des airs de salon. De ces salons il en est un que j'affectionnais particulièrement.

Les murs en sont ornés de glaces et de peintures à la fresque mises sous verre pour les préserver de la fumée et des dégradations. Ces fresques représentent les figures costumées de différents peuples. Deux de ces figures, entre autres, m'amusaient: un Turc à turban et un Chinois avec sa natte.

C'était sous le Chinois que je prenais place le plus volontiers sur la banquette de velours rouge, devant une de ces rondes tables de marbre dont le plateau tourne sur le pied unique qui les supporte.

[…] Décidément, j'avais bien fait d'entrer dans ce vieux et cher Florian où j'avais jadis passé tant de soirées et de venir m'asseoir sous le Chinois. Je me retournai à demi vers la figure de la fresque. Le Chinois me considérait avec une bonhomie narquoise et semblait me féliciter de lui avoir rendu visite avant de rentrer à l'hôtel. »
Henri de Régnier

Une Foule de Célébrités

Le fameux Café du Florian
Le fameux Café du Florian
Le Florian, lieu de passage obligé de l'intelligentsia vénitienne ou de passage, a reçu le fameux Carlo Goldoni et son ennemi littéraire Carlo Gozzi, Canova, Paul de Musset mais aussi Alfred de Musset et George Sand, Madame de Staël, Charles Dickens, Rainer Maria Rilke, Honoré de Balzac, Henry James, Lord Byron, Marcel Proust, Paul Morand, Henri de Régnier

Il continue encore aujourd'hui d'être prisé par les écrivains et autres personnalités de ce monde et nous pouvons citer Jean d'Ormesson et Philippe Sollers qui y ont écrit certains de leurs plus beaux mots.

Enfin, et on dirait presque une blague, Marc Alyn, dans son très beau livre sur Venise, Le Piéton de Venise, relate :

« J'ai surpris le Dalaï Lama installé « sous le Chinois », entouré de ses bonzes, non loin d'un ex-maoïste reconverti dans la spiritualité, le tout au son de l'abominable musique jouée, en terrasse, par un orchestre roumain digne de Dracula. »
Marc Alyn

Boire un Café au Florian

Le Café Florian est toujours là pour vous offrir un siège sous le Chinois. Il est au numéro 56 de la Place Saint-Marc et il est ouvert :

Du mois d'Avril à Octobre :
Tous les jours de 10h00 à minuit, sauf le mercredi

Du mois de Novembre au mois de Mars :
Tous les jours de 10h00 à 23h00 sauf le mercredi

Téléphone : +39 041 520 56 41
Site Internet : www.caffeflorian.com
Vous pouvez même désormais commander votre café Florian par Internet !

Page Précédente : La Vie Nocturne - Balzac, Chateaubriand


Retour en haut de la page