Le Marché de l'Erbaria, ou Erberia, au Rialto à Venise


Le marché de l'Erberia où les légumes deviennent des fruits
l'Erberia où les légumes deviennent des fleurs

L'Erberia : Des montagnes de Choux de Navets et de Salades !


« Il y avait ce jour-là sur la rive, près du Rialto, des montagnes de choux, de navets, de salades.

La halle aux fruits et celle aux poissons regorgeaient ; les marchands criaient, les acheteurs gesticulaient.

Rien d'étrange comme ces scènes populaires s'étalant tout à coup entre deux palais féeriques. »
Louise Colet - L'Italie des italiens 1862

Un régal pour les yeux, un plaisir pour les oreilles


Le marché de l'Erbaria, un régal pour les yeux
Le marché de l'Erbaria, un régal pour les yeux
« Les oignons en chapelet ornent les arcades de la place de leurs gracieux festons, pendant que, sur des tables rustiques, les asperges, les broccoli, les salades jaunes et les carottes roses, alternent avec des corbeilles pleines d'oranges, de pommes rondes, de tomates et de citrons, qui renvoient joyeusement les rayons du soleil et dorent de leurs beaux reflets les maisons d'alentour.

Les fraises, les cerises, les abricots et les pêches, s'étalent côte à côte avec les figues de Barbarie, les melons verts, les dattes, les pastèques et les raisins muscats.

C'est un régal pour les yeux en même temps qu'un plaisir pour les oreilles ; car le babillage vénitien de toutes ces joyeuses commères a quelque chose de musical, qui le fait ressembler au gazouillement d'une bande d'oiseaux. »
Henry Havard - Amsterdam et Venise 1876

Les couleurs incandescentes du marché de l'Erbaria
Les couleurs incandescentes du marché de l'Erbaria

Un marché sonore et frais comme les coquillages


« A tant de raffinement subtil, les bâtiments de la “Pescheria” et de “l'Erberia” opposent la simplicité de leurs arcades qui abritent, de l'autre côté du canal, les marchés aux poissons, aux fruits et aux légumes alimentés par les barques venues du Lido et des îles.

La couleur, ici, est naturelle.

C'est un matin d'automne, quand les pinasses disparaissent sous leur charge de raisins bleus, de pêches rousses, de poivrons incandescents, qu'il faut parcourir ce marché et aussi tout le quartier du Rialto, sonore et frais comme un de ces coquillages où l'on entend la rumeur de la mer. »
André Fraigneau - Venise que j'aime

Des fruits ardents comme des pierres précieuses

L'Erberia : des fruits ardents comme des pierres précieuses
Erberia des fruits ardents comme des pierres précieuses
« Celles des fruitiers offrent les plus splendides étalages ; rien n'est plus frais, mieux groupé, plus appétissant que ces entassements de pêches vermeilles rangées comme des boulets dans des parcs d'artillerie, que ces masses de raisins dorés, ambrés, transparents, coloriés des plus riches couleurs, ardents comme des pierres précieuses, et dont les grains, enfilés en colliers et en bracelets, pareraient admirablement le col et les bras de quelque jeune Ménade antique.

Les tomates viennent mêler leur rouge violent à ces teintes blondissantes, et la pastèque, fendant son corset vert, laisse voir sa blessure rose.

[…] On ne peut pas régaler les yeux plus agréablement, et souvent, sans la moindre faim, il nous est arrivé d'acheter de ces pêches et de ces raisins par pur amour du coloris. »
Théophile Gautier - Italia 1855

Page Précédente : Le Marché de l'Erbaria déjà là au XIIIe siècle
Page Suivante : Le marché aux herbes aux fruits et aux fleurs



Retour en haut de la page