Andrea Gritti Défenseur de la liberté de pensée

On le sait moins, mais Andrea Gritti, après le désastre du sac de Rome en 1527, accueillit à Venise de nombreux intellectuels obligés de fuir la ville.

Parmi eux, le célèbre l'Arétin, Pietro Aretino. Andrea Gritti l'accueillit à Venise, devint son protecteur et intervint en sus, et avec succès, auprès du Pape Clément VII (le fils de Guiliano de Médicis, frère de Laurent de Médicis) qui avait pris l'Arétin en grippe…

Le doganat d'Andrea Gritti fut donc également celui d'une période pendant laquelle Venise put se flatter d'être la ville de la liberté pour de nombreux intellectuels européens.

Un coureur de jupons très religieux

Tout en étant un amoureux insatiable de la gent féminine, et ce jusqu'à sa mort, Andrea Gritti fut toujours également proche de la religion.

Ainsi, lorsque Saint Ignace de Loyola vient à Venise, il est reçu par Andrea Gritti qui l'autorise à se rendre en Palestine à bord d'un bateau de la République, le Negrona, accompagné du Provéditeur Niccolo Dolfin.

Parti de Venise sur le Negrona, Ignace de Loyola arrive à Jaffa le 25 Juillet 1525. Il quitte ensuite la Palestine le 3 octobre 1525 pour retourner à Venise, cette fois-ci à pied.

Il arrivera à Venise à la mi-janvier 1526.

Comme nous l'avons indiqué plus haut, Andrea Gritti est également à l'origine de la construction de l'église de San Francesco de la Vigna dans le Sestier du Castello, une église bâtie sur les plans de Jacopo Sansovino.

Andrea Gritti souhaitait montrer dans l'édification de cette église, combien sa foi était profonde mais également y intégrer ses propres idées architecturales.

La première pierre de San Francesco de la Vigna fut posée par Andrea Gritti le 15 Août 1534 et, juste à côté de l'église, Andrea Gritti se fit construire un palais familial à l'extérieur relativement sobre et donc d'une conception assez éloignée des habituels palais tape-à-l'œil de certains nobles de Venise à la même époque.

En 1537 il tente d'abdiquer

C'est dans ce palais qu'Andrea Gritti souhaitait terminer ses jours, à côté de l'église qu'il avait fait bâtir.

Il avait en effet souhaité abdiquer de son titre de Doge en 1537 pour vivre une vie plus en accord avec ses convictions religieuses, loin de la pression de la politique et du pouvoir.

Andrea Gritti avait d'ailleurs annoncé officiellement son souhait d'abdiquer.

Mais le sort en décida autrement.

La majorité des nobles Vénitiens étaient à ce moment favorables à ce que Venise se lance dans une guerre contre le Sultan de Turquie tandis qu'Andrea Gritti y était fermement opposé.

Alors âgé de 83 ans et malgré son âge, il avait bataillé au Sénat trois jours de suite pour empêcher cette guerre, qui fut toutefois votée contre son gré, à une seule voix de majorité.

Suite à cette décision guerrière et à ses conséquences, Andrea Gritti renonça donc à abdiquer, préférant servir la République dans ces moments difficiles.

Un an plus tard, ce ne seront pas les Turcs mais la gloutonnerie d'Andrea Gritti qui mettra fin à sa carrière et à sa vie à cause d'une simple indigestion, due à l'appétit trop gourmand du Doge pour les anguilles, lors du repas du réveillon de Noël 1538.

Andrea Gritti est enterré dans l'église qu'il fit construire, l'église San Francesco de la Vigna, où l'on peut encore voir son tombeau.

Horaires d'ouverture de l'église San Francesco de la Vigna (entrée gratuite) :
Tous les jours de 8h00 à 12h30 et de 15h00 à 19h00

Page Précédente : Doganat et Diplomatie


Retour en haut de la page