Le Doge Andrea Gritti et les guerres du Nord de l'Italie

Plus tard, Andrea Gritti est nommé “Provveditore in Campo” à savoir Provéditeur de la République, avec Giorgio Corner, dans le cadre des menaces de guerre qui pèsent sur le Nord de l'Italie, aux portes de Venise.

Andrea Gritti, en tant que Provéditeur, est chargé avec Giorgio Corner de contrôler et superviser les aspects politiques et militaires du conflit naissant.

L'ennemi est alors l'Empereur Louis de Maximilien, encore allié à ce moment avec le Pape.

Au début de l'été 1509, paysans et gens du peuple se soulèvent dans de nombreuses villes de la Terra Ferma autour de Venise, contre Maximilien.

Andrea Gritti décide alors, avec l'appui du peuple, de prendre Padoue, le 17 Juin 1509.

Padoue et Trévise étant maintenant bien en mains, Andrea Gritti n'en reste pas là et réussit à reprendre le contrôle complet du Frioul le 30 Octobre 1511, toujours avec l'aide de la population formée en milices locales.

Les choses deviennent alors de plus en plus favorables pour Venise puisque des nobles de Brescia, alors sous la domination du Roi de France, Louis XII, demandent à Andrea Gritti de les aider à chasser les français de Brescia, ce qui est fait le 5 Février 1512 avec l'entrée d'Andrea Gritti dans le ville.

Le futur Doge n'en reste pas là puisque peu après il reprend également Bergame.

Mais comme on peut le penser, Louis XII ne l'entend pas de la sorte et grâce à la témérité et à l'intelligence d'un jeune capitaine, Gaston de Foix, Brescia est non seulement reprise mais Andrea Gritti est également fait prisonnier et emmené en captivité à Paris.

Mais le fin et rusé diplomate réussit à se faire libérer en plaidant habilement sa cause auprès de Louis XII, et plus fort encore, il fut alors chargé par Louis XII de servir de négociateur entre la France et Venise.

Mais le Sénat vénitien hésite à accepter les propositions du Roi de France et préfère jouer la division de ses ennemis en signant un traité de paix avec le dernier allié des français, l'empereur Maximilien.

Mais à cette époque troublée les alliances se défaisaient aussi vite qu'elles se réalisaient et le 14 Septembre 1515, le nouveau Roi des Français, François Ier, allié de l'Angleterre et de Venise, s'empare de Marignan où il bat les Suisses.

Il rend ensuite à Venise la quasi-totalité de ses territoires perdus sur la Terre Ferme.

Un an plus tard, les espagnols sont chassés de Brescia et Andrea Gritti conquiert Vérone le 24 Janvier 1517.

Au mois d'Août 1517, l'Espagne abandonne la partie, laissant les autres belligérants se débrouiller entre eux.

En Septembre 1517, François Ier, qui avait déjà fait la paix auparavant avec le Pape, signe la paix avec les Suisses.

Page Précédente : Un habile diplomate
Page Suivante : Doganat et Diplomatie



Retour en haut de la page