Le marché aux Poissons du Rialto : La Pescaria ou Pescheria


Homards et Sardines les couleurs de la Pescheria
Homards et Sardines, les couleurs de la Pescheria
Pour revenir à ce marché si coloré qu'est la Pescheria du Rialto, laissons la parole aux écrivains qui l'ont appréciée bien avant nous.

Le plus complet des bazars

« Il y en a de toute espèce, de ces marchands : marchands de poissons, marchands de légumes, marchands de fromages, marchands de vins, marchands de fruits, marchands de vêtements, marchands de montres et de faux bijoux, boulangers, bouchers, cordonniers, que sais-je !

Le plus complet des bazars. […]

Vous êtes au milieu d'une foule grouillante d'hommes et de femmes qui va et vient au milieu d'un bruit assourdissant de cris et de paroles.

Tous les types, toutes les beautés et toutes les laideurs se croisent et s'entrecroisent. Vous êtes étourdi, abasourdi. »
Abbé Paul Barbier - Italie 1893

Le vieux pêcheur de Chioggia

Tout est frais et à profusion au Marché du Rialto
Tout est frais et à profusion au Marché du Rialto
« Nous passons le pont du Rialto, et nous voilà à la poissonnerie ; elle resplendit des plus beaux poissons de l'Adriatique : ce sont des pyramides d'esturgeons et de turbots, des remparts de trilles et de dorades, des bastions d'huîtres exquises, d'oursins et de frutti di mare.

Le vieux pêcheur de Chioggia dont j'ai parlé me salue et me sourit ; il dit à ses compagnons : “Ecco la Francesa che ama Venezia”.

Je fais remarquer à M. Baschet que la confraternité des idées peuple la solitude des voyageurs ; je ne me sens plus seule et étrangère à Venise ; ces bonnes gens me connaissent sans savoir mon nom et me protégeraient au besoin. »
Louise Colet - L'Italie des italiens 1862

Le thon frais se débite en rouges tranches

Le Thon frais débité en tranches rouges
Le Thon frais débité en tranches rouges
« Il y a toujours, près du Rialto, un tumulte de barques et de gondoles, et des îlots stagnants d'embarcations amarrées séchant leurs voiles fauves quelquefois traversées d'une grande croix. […]

En deçà et au delà du Rialto, se groupent sur les deux rives l'ancien Fondaco dei Tedeschi, dont les murs colorés de teintes incertaines laissent deviner des fresques de Titien et de Tintoret, pareilles à des songes qui vont s'évanouir ; la poissonnerie, le marché aux herbes et les vieilles et les nouvelles fabriques de Scarpagnino et de Sansovino, près de tomber en ruines, où sont installées différentes magistratures.

Ces fabriques rougeâtres, dégradées, glacées de tons admirables par la vétusté et l'abandon, doivent faire le désespoir de l'édilité et la joie des peintres.

Statue de Saint Pierre par Cesare Laurenti
Saint Pierre par Cesare Laurenti
Sous leurs arcades fourmille d'ailleurs une population active et bruyante, qui monte et descend, va et vient, vend et achète, rit et piaille : là le thon frais se débite en rouges tranches, et s'emportent par paniers moules, huîtres, crabes, crevettes. »
Théophile Gautier - Italia 1855

Le débarquement perpétuel de vivres

« J'ai trouvé sans peine le Grand Canal et le pont principal appelé Rialto, qui se compose d'une seule arche en marbre blanc.

Le canal est parsemé de bateaux qui viennent alimenter la ville.

Le débarquement perpétuel de ces vivres et les gondoles qui fourmillent de tous côtés offrent un coup d'oeil aussi singulier qu'animé. »
Goethe - Mémoires 1786

Des petits poissons si blancs, si argentins, si nacrés…

« Nous nous souvenons aussi de certains étalages de poissonnerie couverts de petits poissons si blancs, si argentins, si nacrés, que nous aurions voulu les avaler crus, à la manière des ichthyophages de la mer du Sud, de peur de gâter leurs nuances, et qui nous faisaient comprendre cette barbarie des festins antiques, qui consistait à voir mourir des murènes dans des vases de cristal, pour jouir des teintes opalines dont l'agonie les diaprait. »
Théophile Gautier - Italia 1855

Les horaires et jours d'ouverture du Marché aux poissons de la Pescaria

Sculpture de chapiteau à la Pesacaria
Chapiteau de la Pesacaria
Pour profiter pleinement de toute la vie vénitienne qui y grouille et de la beauté des étals de la Pescheria, nous vous conseillons de y vous rendre de bonne heure.

Et comme le disent les Vénitiens, “le poisson à 24 vies et il en perd une par heure !” Tout le poisson vendu ici a été pêché dans la nuit, en vous y rendant le matin de bonne heure, peut être que votre poisson aura encore presque toutes ses vies !

Après 11 heures (sauf le samedi où le marché est actif jusque midi), même si quelques marchands sont encore là, les étals sont déjà à moitiés vides et l'ambiance n'est déjà plus la même.

Le marché de la Pescheria à Venise est ouvert tous les jours de 8 heures à midi, sauf le dimanche et le lundi.

Un bon étal de poissons au marché du Rialto (plan situation et vidéo)


Ce qui fait que si vous voulez manger du poisson frais dans les restaurants de Venise, nous vous conseillons d'attendre le mardi. Sinon, vous aurez toutes les chances de manger du poisson congelé !

Page Précédente : Histoire de la Vente du Poisson à Venise


Retour en haut de la page