Richard Wagner à Venise


Portrait de Richard Wagner
Portrait de Richard Wagner
Richard Wagner est né à Leipzig en Allemagne en 1813.

Après avoir étudié la littérature et la philosophie, il entre à l'école de musique de Leipzig, la Thomasschule et compose son premier opéra, Les Fées, à l'âge de 20 ans.

Une Vie d'Errance

La vie de Richard Wagner est placée sous Le signe de l'errance.

Après avoir été maître de choeur à Würtzbourg et chef d'orchestre à Magdeburg et à Königsberg, il obtient le poste de chef d'orchestre à Riga en 1837.

Tannhaüser, Lohengrin

En 1839, il s'embarque pour Londres.

Là, il est pris dans une violente tempête qui lui inspirera Le Hollandais Volant, opéra qu'il achèvera en 1841.

Puis, il retourne en Allemagne, pour être maître de chapelle à La Cour de Dresde pendant 7 ans.

C'est une époque décisive pour sa recherche musicale (Tannhäuser, Lohengrin) et pour l'élaboration de ses théories entre art et révolution.

La Tétralogie, l'Anneau de Niebelunger, l'Opéra du Rhin, la Walkyrie...

En 1852, il compose La Tétralogie, l'Anneau de Niebelungen, puis l'Opéra du Rhin, la Walkyrie et une partie de Siegfried, qui restera en suspens pendant 10 ans.

Entre 1853 en 1858, il voyagera souvent, pour fuir les problèmes financiers, entre autres.

A Zurich, Otto Wesendonck lui donne l'hospitalité.

Le Palazzo Vendramin Calergi ou est mort Richard Wagner à Venise
Le Palazzo Vendramin Calergi
Mais Wagner tombe amoureux de Mathilde, l'épouse de Otto.

Et voilà Wagner qui fuit la Suisse après une dispute plus violente que les autres avec sa femme Minna qui, évidemment, n'appréciait pas du tout.

Direction Venise !

Suivant le conseil de son ami Karl Ritter il choisit de s’installer à Venise.

Il séjournera à l'hôtel Danieli.

Wagner écrit alors :

« le 29 août 1858, j'arrivai à Venise.

Durant le parcours du Grand Canal jusqu'à la Piazzetta, impression de grande mélancolie : grandeur, beauté et décadence, tout cela voisin l'un de l'autre.

J'étais ravi, cependant, de songer qu'ici il n'y avait point de prospérité moderne, partant pas de turbulente trivialité.

La Place Saint-marc me fit une impression féerique.

Un monde lointain, une époque vécue. Cette impression satisfait pleinement le désir de solitude.

Rien n'y donne la sensation de la vie réelle : tout agit objectivement, comme une oeuvre d'art.

Je veux rester ici - et cette volonté s'accomplira. »
Richard Wagner

Page Suivante : Les Inspirations Vénitiennes de Richard Wagner


Richard Wagner - Wikipédia

Retour en haut de la page