L'île de Burano, Dentelles et Couleurs


L'ile de Burano et ses maisons multicolores à Venise.Burano multicolore - Agrandir L'île de Burano, l'île de la dentelle est un petit joyau multicolore.

C'est une Venise en miniature, avec son campanile qui penche, ses canaux et ses ponts.

Venise y est reproduite en modèle réduit. Les maisons ont en moyenne un à deux étages et la population de Burano, les Buranelli, s'élève à cinq mille habitants.

C'est une île aussi spéciale, avec des pêcheurs d'un côté et des dentellières de l'autre. Grosses mains et muscles contre doigts effilés et agiles.

Dentelle et Bambini

« Une petite île terriblement surpeuplée où les femmes font de la dentelle merveilleuse et les hommes des bambini. »
Ernest Hemingway

La pêche principale est aujourd'hui la pêche aux mollusques.


Le mouvement et la vie

« A Burano nous retrouvons le mouvement et la vie ; cette île était autrefois célèbre par la fabrication des belles dentelles appelées points de Venise […]

Burano est habité par des mariniers bruyants, joyeux, vivant en plein air et semblant porter plus légèrement le joug autrichien que ceux de Venise. »
Louise Colet - L'Italie des Italiens 1862

L'ile de Burano reflets colorés Venise.Burano toute en couleurs - Agrandir A la fin du XIXe siècle et l'occupation autrichienne, la petite île de Burano s'est retrouvée dans une misère totale, amplifiée par une quasi disparition de son savoir faire séculaire en matière de fabrication de la fameuse dentelle.

Sans l'ouverture d'une école de dentelle en 1872 pour pouvoir conserver la tradition en l'enseignant, il est à craindre que plus personne ne saurait réaliser les dentelles au point en l'air (Punto in aria) qui ont fait la réputation mondiale de l'île de Burano.

Avec l'aiguille à coudre

L'ile de Burano et ses maisons multicolores à Venise.Burano en couleurs - Agrandir
« Sur le seuil des maisons basses, le long du canal ou dans une rue pauvre, on voit les dentellières faire leur point fameux, non pas avec le fuseau, mais avec l'aiguille à coudre.

Ces belles affamées se détruisent la vue pour créer des parures fragiles, dont c'est juste de dire qu'elles coûtent les yeux de la tête.

Les hommes sont pêcheurs, mais l'Adriatique s'appauvrit de poissons en même temps que la vente devient moins rémunératrice. »
Maurice Barrès - Amori Dolori Mort de Venise 1916

Aujourd'hui, c'est la dentelle qui fait vivre l'île, même si la pêche aux mollusques est aussi un élément important dans le revenu des Buranelli.

Page Suivante : Un Jardin de Fil


Retour en haut de la page